AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 if i could turn back the hands of time, mini.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toni Lauria
home is where the gitano is
avatar

Messages : 245
Pseudo : moonstruck, alexia.
Avatar : skriver, cheapthrills.
Emménagement : 25/11/2016
Âge : vingt-cinq ans.
Statut : désastre sentimental.
Job : belle princess.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité: open.

MessageSujet: if i could turn back the hands of time, mini.   Jeu 1 Déc 2016 - 5:31

Toni, elle adore les journées de ce genre. Le grand soleil au dessus d’elle malgré l’hiver. L’hiver, il se fait jamais sentir à hazel springs. Il fait chaud tout le temps ici, et toni, elle adore ça. Il faisait pas chaud à new york. A new york c’était froid, comme son sourire. Alors toni, elle se régale de la journée. De l’événement, au grand parc. Aujourd’hui, c’est le festival des pères fondateurs et évidemment, toni, elle est obligée d’y assister. Ça fait une semaine qu’elle y travaille sans arrêt. Tout doit être parfait, ce sont les belles qui l’ont dit. Alors toni, elle a mis sa jolie robe. Elle a son plus beau sourire, comme d’habitude. Et toni, elle a passé sa matinée à préparer des tartes au citron, sa préférée. Elle les a aligné parfaitement sur la table, elles n’attendent qu’à être dévorées. Et puis les gens, ils sont déjà là. Il y a la musique country, les cris en écho des gens heureux. Toni, elle aime bien, voir les gens heureux. Alors elle aussi, elle est heureuse. Elle en oublie le reste. Le moins important. L’ombre sur le grand soleil. Toni, elle rencontre tout plein de gens. Elle discute. Elle rit, souvent. Elle connaît beaucoup de gens d’ici, des gens d’avant et des gens d’aujourd’hui. Toni, elle aussi on la connaît. Alors toni, elle virevolte de groupe en groupe, on penserait presque qu’elle serait capable de s’envoler. Elle tient l’une de ses fameuses tartes entre ses mains. Et elle est toujours en train de rire, coupant court à la conversation alors qu’elle se retourne, et qu’elle rencontre brusquement quelqu’un. Il y a la tarte qui se renverse sur sa robe, qui tombe à ses pieds. Toni, elle est déjà en train de se confondre en excuses. pardon. elle a le regard baissé, fixé sur sa tarte ruinée, sur les tâches de sa robe. Toni, elle a le cœur qui s’affole quand elle pense qu’elle se met encore dans les problèmes, que si sa sœur la voit, si les belles la voit, elle fera encore face à leurs soupires résignés. désolée.. c’est ma faute. elle relève pas la tête toni, pas tout de suite. Toni elle aurait pu éclater de rire de la situation grotesque. Mais toni, elle lève enfin les yeux. Et toni, elle sourit plus du tout finalement. Jimi. Il y a son Jimi, là, juste devant elle. Et Toni, elle est incapable de regarder ailleurs que son joli visage. Jimi, ça fait six mois qu’elle cherche à le voir, six mois qu’elle échoue. Six moi qu’elle n’essaie pas plus que ça, parce que ça fait peur. Ca fait mal. Jimi, ça fait trois ans, un peu plus même qu’elle ne l’a pas vu. Qu’ils se sont quittés. Et il y a toutes ces émotions qui refont surface, qui la prennent de court, les traîtresses. Elle se revoit des années plus tôt. A dix ans. A seize ans. Et puis à vingt. L’amour fou. L’amour vrai. Toni, elle était pas prête. Pas prête à ça, pas prête au choc. Pas prête non plus à l’amour résistant. Elle est figée, les membres atrophiés, le plat qui retombe fatigué entre ses mains. Et tout ce qu’elle trouve à dire, c’est c’était une tarte au citron dans un court haussement d’épaule pour ne pas qu’il s’en aille. C’est bête, elle le sait toni. Elle aurait eu des millions de choses à lui dire. Des millions de sourires. Lui sauter dans les bras. Mais c’est le vide, là, tout au fond, ça cogite dans le vent, ça fait dérailler les boulons. Jimi il vient bousculer l’équilibre parfait qu’elle pensait avoir retrouvé. Jimi, c’est le vent, et les marées.

_________________

babe, let's put a smile on that face, it'll hide all your troubles away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t7-pocket-full-of-sunshine http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t71-lights-will-guide-you-home
Jimi Harper
raz la moquette
avatar

Messages : 156
Pseudo : .
Avatar : daniel b. (aeroplane)
Emménagement : 25/11/2016
Statut : sourd face aux cris du coeur
Job : facteur

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: if i could turn back the hands of time, mini.   Ven 2 Déc 2016 - 8:16

Il prétend détester toutes ces traditions, Jimi, pourtant il est là. Comme toujours. Il en loupe pas une, avec toutes ces limonades, ces tartes au citron, les longues robes et tout ces gens qui se croisent. Il aime bien observer parfois les gens de la ville qui se retrouvent tous ici. Panorama savoureux. Y a toutes ces personnes qui se connaissent, qui s'aiment un peu trop ou vraiment trop peu et y a son sourire sur les lèvres, impossible a détacher, comme trop souvent. Il se perd dans la contemplation du festival, comme s'il n'avait jamais rien vu de tel, sans faire attention à ce qui l'entoure. Il a pas vu la jeune femme qui se retourne, qui entre en collision avec lui. Y a ce pas qu'il fait en arrière, pur réflexe, et sa main qui se tend déjà comme pour s'assurer qu'il ne lui est rien arrivé. Mais le geste se meurt quand son regard croise le visage familier, le bras qui retombe ballant le long de son corps et ce sentiment d'ironie détestable qui le saisit violemment. Il a passé beaucoup de temps à la fuir, trop peu à songer à l'affronter et là, tout de suite, toute sa course acharnée pour ne pas la revoir lui procure un sentiment de honte désagréable. Elle s'excuse Toni et il ne sait rien faire d'autre que la dévisager. « c'est pas grave. » Trois ans c'est long, trois ans c'est loin et c'est la première fois qu'il la revoit d'aussi près, les yeux qui se plissent devant chaque trait de son visage. Sans doute qu'il essaye de jauger les différences, ce qui a changé comparé à l'image qu'il a gardé dans sa mémoire, sur des tas de photos et des millions de souvenirs. Elle semble si semblable, à la fois bien différente. « j'aurais bien voulu une part mais là je suis plus trop sûr. » Il esquisse un sourit, vaguement amusé, bien trop gêné. Il a la gorge noué, Jimi, même dans les phrases simples qu'il lui adresse y a un flot de douleur qui lui semple insurmontable. mais c'est fini, Jimi, il est révolu le temps de l'amour qu'on croyait éternel, pas vrai? Il jette un œil à la tarte au citron sur le sol, affrontant le combat intérieur qui le tourmente. Il pourrait fuir, encore, ou parler. Juste parler. Il peut sans doute faire ça sans trop de mal, feindre l'indifférence, faire taire la douleur, les vieux souvenirs. Être juste deux personnes qui se croisent. « elles vont pas t'étouffer avec un bouquet de fleur ou t'asperger de limonade si elles voient ça ? » Pointant du doigt la tarte au citron à leur pieds, il commence à ramasser avant qu'on toise leur duo improbable qui gâche si outrageusement la nourriture. Y a sur ce sourire sur le bord des lèvres qui ne parvient pas à se décrisper, il aimerait avoir le talent qu'il se trouve bien souvent pour discuter de tout, de rien. Mais avec Toni c'est plus aussi simple. Ca l'était à une époque, elle était sans doute même celle a qui il trouvait toujours quoi dire peu importe l'instant. Aujourd'hui, de toutes les personnes présentes, elle est celle qui semble le plus éloignée de lui, comme si la distance avait creusé un fossé insurmontable. Il en aurait plein pourtant, des choses à a dire. Des excuses, des reproches, des rêves morts et de nouveaux espoirs. Beaucoup et bien trop peu à la fois. « T'as l'air d'aller bien. Tu nous fais un petit retour aux sources ? la vie de star c'était épuisant ? » Y a son sourire amusé quand il pose la question, craintif aussi. Jimi, il est incapable de parler sérieusement, il a pas envie d'être submergé par les émotions. Il plaque un nouveau sourire sur ses lèvres en jetant la tarte au citron dans la poubelle. Il peu plus regarder toni, pas tant qu'il a pas entendu la réponse. Y a là l'espoir égoïste qu'elle ait loupé, qu'elle revienne pour ne jamais repartir qui se heurte à la compassion naturelle qui lui souhaite d'avoir tout gagné en s'en allant. même si lui, il semble qu'il ait tout perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t9-nowhere-else http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t49-too-many-staring-faces
Toni Lauria
home is where the gitano is
avatar

Messages : 245
Pseudo : moonstruck, alexia.
Avatar : skriver, cheapthrills.
Emménagement : 25/11/2016
Âge : vingt-cinq ans.
Statut : désastre sentimental.
Job : belle princess.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité: open.

MessageSujet: Re: if i could turn back the hands of time, mini.   Dim 4 Déc 2016 - 2:04

Pétrifiée. Y a pas vraiment d’autre mot, toni, elle est coincée là, les jambes prêtes à défaillir sous elle. Elle a beau cligner des yeux une centaine de fois, toni, elle peut pas y échapper. C’est réel. Jimi. Il est là. Devant elle. Avec sa bouille à croquer et ses yeux ravageurs. Et son cœur, il bat. Oh, il bat tellement fort. Toni, elle aimerait bien pouvoir l’arrêter. Retrouver un semblant de contrôle. De naturel. Y a qu’un sourire figé sur ses lèvres, un rire gêné qui s’en échappe. La situation cocasse qui les réunit, enfin, après tout ce temps séparé, après tout ce temps à se demander s’il serait bon de le retrouver. Rien qu’une fois. Rien que quelques mots. Peut-être même un sourire. Et le retour brusque à la réalité, le karma qui n’en fait qu’à sa tête. c’était peut-être le destin. toni, elle a de la tarte partout sur la robe, qu’elle tente tant bien que mal d’essuyer. Et elle jette même un œil plus bas, sur les restes écrasés dans l’herbe à ses pieds, et à ce jour, elle ne se souvient pas d’un jour où elle a déjà détesté plus fort une tarte au citron. elles sont pas si horribles que ça tu sais. elle a le sourire en coin toni, alors qu’elle se baisse pour en ramasser les morceaux. Elle croise un instant son regard, une autre décharge sur son cœur amoché et elle dévie le regard, incapable de le soutenir plus longtemps. mais faisons en sorte d’éviter qu’elles voient ça. ça semble presque détendu, comme ça. Toni, elle a les mains serrées autour du plat, les membres presque tremblants. Et soudain, le hochement de tête, presque trop convaincant. je vais bien. non. mais oui, c’est épuisant. J’ai besoin d’une pause, retrouver mes parents. Mes amis. de te retrouver, toi. elle a le sourire faiblard toni, la honte du mensonge qui la prend de court. Elle s’était préparée pourtant. je vais bien, ne t’en fais pas. c’est presque comme une évidence, une seconde peau. Elle aurait pu, oui. La parfaite petite comédienne. Pas avec lui. Jimi, il en sait trop, beaucoup trop. Jimi, c’est la présence éternelle, le confident de toujours. l’âme sœur et le meilleur ami. jimi, elle peut rien lui cacher, pas même si elle en avait envie. Pourtant, elle ne dit pas non plus la vérité toni. Elle ne dit pas que non, ça ne va pas bien. Que ça ne peut plus aller, que ça ne va plus depuis qu’elle est partie, depuis que les rêves s’envolent, s’écrasent. Toni, elle a la déception coincée au fond du gosier, les attentes brisées qu’elle renferme en pensant naïvement qu’elles finiront par s’en aller. Mais elle n’en dit rien. Elle n’en montre rien non plus. Toni, elle a le sourire, le sourire triste qui ternit son visage, celui qui s’agrandit, presque forcé, quand elle retourne la question. et toi ? c’est gênant, gêné, toni, elle ne sait même plus où se mettre. Elle aimerait disparaître, de la surface de la terre, tout comme elle aimerait pouvoir tout apprendre de lui. Tout réapprendre. Jimi, elle ne se souvient pas d’un moment où elle n’a pas partagé les moments importants. Avec jimi, elle a tout partagé, tout donné. Elle a tant reçu, aussi, certainement plus que pour une seule vie. Et toni, c’est sans surprise qu’elle replonge dans cette époque, le sourire ternit, les yeux fuyants. Est-ce qu’il est capable de dire qu’elle regrette ? qu’elle a raté ? elle a cette terrible impression d’être un lire ouvert, devant lui, comme elle l’a toujours été. Comme si les années ne les avaient finalement pas séparés. Le pire, c’est que toni, elle a même pas besoin de demander des nouvelles. Elle sait déjà, qu’il semble aller très bien. Elle sait ce qu’il fait. Elle a demandé à ren, à jill. elle sait déjà, qu’il s’en sort très bien sans elle. Qu’il n’a sans doute plus besoin d’elle. En tout cas pas comme elle, elle a besoin de lui. mais toni, elle s’impatiente. Les politesses lui semblent insurmontables. Toni, elle a tellement qu’elle voudrait lui dire. Tellement qu’il pourrait comprendre. Tellement qui restera sous silence, finalement. Tout, sauf peut-être une seule chose. je suis rentrée depuis quelques temps tu sais, ça fait six mois maintenant. c’est lancé comme ça, dans l’air, avec hésitation. C’est regretté aussitôt, les mots qu’on voudrait rattraper, ravaler. Trop tard. Le menton qui se relève. Ce même sourire trop joyeux qui prend place. est-ce que tu sais, jimi ? oui, je suis presque sûre que tu sais. Pourquoi maintenant, alors, pourquoi pas avant ? pourquoi pas trois ans plus tôt, quand on avait encore une chance ?

_________________

babe, let's put a smile on that face, it'll hide all your troubles away.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t7-pocket-full-of-sunshine http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t71-lights-will-guide-you-home
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: if i could turn back the hands of time, mini.   

Revenir en haut Aller en bas
 
if i could turn back the hands of time, mini.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOSNEDAHL but you turn back, and come back with a slap
» GayZor support'sitoire // Come back
» 2010 Michael J.Fox Back to the Future spécial 25 ans !
» Chicago Bulls ... are back to business
» *Back to the ruins par tifil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lemonade and cowboy boots. :: HAZEL SPRINGS :: magnolia ward-
Sauter vers: