AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nana Levian
sassy queen
avatar

Messages : 57
Pseudo : MoGlobine.
Avatar : kendall j. (av. shiya)
Emménagement : 02/12/2016
Âge : dix-neuf ans.
Statut : sous l'emprise d'un italien.
Job : vend son corps contre quelques billets.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Ven 2 Déc 2016 - 22:02

fabio&nana
le coeur serré. le corps souillé. elle se dirige vers la chambre d'hôtel où la brune a posé ses valises pour ces deux prochains jours. les pieds qui l'a font souffrir. les talons hauts achetés quelques heures plus tôt qui entaillent ses racines. elle se sent sale, nana. comme à chaque fois qu'elle rentre. les billets dans le creux de sa main. pliés en plusieurs morceaux. pour les cacher. pour les garder précieusement auprès d'elle. comme l'assurance d'avoir fait le bon choix. se vendre. ne plus s'appartenir. avoir vendu son âme au diable. le diable désigné en la personne de fabio. le tyran. seulement quelques minutes séparent les deux hôtels. une chambre quittée pour revenir à l'autre. le client satisfait. homme méticuleusement désigné par le mac. une bonne affaire. les prix des passes qui augmentent. tout dépend pour qui. tout dépend pour combien de temps. nana devenue objet. nana qui n'a plus la maîtrise de son corps. et pourtant, elle s'en fiche. parce que, ce mec lui a filé des billets. parce que ce mec l'a laissé s'enivrer de poudre blanche. un homme bon, selon elle. ni maltraitant. ni insultant. quelqu'un qui l'a respecté. et puis, de toute façon, nana, elle s'en satisfait. de donner son corps. de partir à columbus pour quelques jours. jours qu'elle sait épuisants. parce que fabio ne lui laissera aucun répit. mais, elle s'en contre-fou. parce qu'au moins, elle sera avec lui. au moins, il passera ses nuits avec elle. et qu'à columbus, tout est différent. loin d'hazel springs. loin des regards qu'elle connait depuis toujours. ici, elle est une inconnue. électron libre maintenu par la force de l'italien.
ses pas qui se font légers à l'arrivée. se faire discrète. parce que fabio est peut-être occupé. en réunion. en affaire. avec une autre. le poil qui se hérisse à cette pensée. obscure jalousie. elle ne devrait pas, nana. tomber amoureuse du bourreau. s'éprendre de l'homme qui la vend. comme un vulgaire bout de viande. et puis, de toute façon, lui, il ne peut la considérer comme telle. elle n'est rien. une gamine, seulement. j'suis rentrée. indiscrète. tant pis pour les affaires. une douce mélodie d'opéra qui émane du salon. opéra qui lui semble italien. pour parfois entendre fabio utiliser cette langue. pourtant, pas de réponse. c'est comme si la chambre d'hôtel était vide. elle pose ses affaires. se déchausse enfin. ses racines libérées. la brune qui se regarde dans le miroir. le maquillage coulé, les cheveux en bataille. une moue sur son visage. fabio qui a certainement quitté l'hôtel pour une raison inconnue. alors, la brune se dirige vers la salle de bain. l'envie de prendre une douche. de se laver des péchés commis. puis, elle ouvre la porte. et découvre son corps. dénudé. un boxer qui sied parfaitement à sa taille. le coeur qui manque un battement. fabio ? tu m'as fais peur. pourquoi t'as pas répondu ? c'est à peine si elle le regarde. parce qu'elle sait, nana, que ses yeux se feraient trop insistants. elle sait, nana, qu'elle mordillerait sa lèvre inférieure. signe d'une envie soudaine d'être sienne. totalement sienne. pourtant, il ne répond pas. alors, après s'être déshabillée. dos à fabio. elle se retourne enfin. et, elle le voit. immobile. comme inerte. sur ses deux racines. carrelages gelés de l'hôtel. pourtant, il frissonne. le poil qui se hérisse au son de ses tremblements. elle s'approche de lui. pose ses deux mains sur son bras. pour le retourner. pour qu'il lui fasse face. peau brûlante. regard inquiétant. ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabio Bartolotti
dompteur de michto
avatar

Messages : 28
Pseudo : cake.
Avatar : nico tortorella, astronaut.
Emménagement : 02/12/2016
Statut : il rêve qu'elle lui appartienne exclusivement et continue de la louer.
Job : trafiquant d'armes, de drogues et maintenant d'êtres humains.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Ven 2 Déc 2016 - 23:38

Il s'était promis que ce serait la dernière. Que plus jamais, il ne la leur remettrait. Mais, il mentait sans cesse, Fabio. Aux autres d'abord, puis à lui-même ensuite. C'était sa façon de se protéger du monde. De se défaire de ses sentiments de culpabilité, aussi. Comme l'assurance qu'il n'était pas l'être abject qu'il percevait dans le reflet de son miroir. Il priait aussi, parfois. Pour se laver de ses péchés. Dans l'espoir, qu'un jour, peut-être, on lui accorderait le pardon qu'il ne méritait pas. Il était sale. Ses mains l'étaient, son cœur aussi. Il avait pris l'habitude, quand il revenait à Columbus, de prendre sa muse avec lui. Parce que c'était là qu'elle lui servait le plus. Entre les mains de ces hommes- parfois, de ces femmes- affamés, prêts à tout pour assouvir leurs désirs charnels. Elle était belle, Nana. Elle en faisait rêver plus d'un. Lui, le premier. Pourtant, derrière cette apparence de femme forte se cachait une enfant. Brisée par une adolescence chaotique. Sans réels repères. On se la passait de lit en lit, Nana. Et, dans sa grande bonté, Fabio avait accepté de l'accueillir chez lui. Il l'entendit pénétrer dans la chambre d'hôtel, mais ne dit rien. Presque nu, il se tenait au beau milieu de la salle de bains, le regard plein de haine et de désespoir. Qu'avait-il fait, encore une fois ? Il frémissait, rongé par cette culpabilité qui ne cessait de le gagner au fil des jours, certainement sous l'effet de cette merde qu'il venait de renifler. Paralysé par la peur. Son cœur battait fort. Il battait vite. Et, elle entra finalement dans la pièce. Pourtant, il ne bougea pas d'un cil. Il resta figé. Immobile. Même quand elle prononça son nom. Il n'entendait rien. Comme s'il avait soudainement atterri sur une toute autre planète. Comme s'il se trouvait actuellement dans une pièce sombre, où les murs venaient se refermer sur lui. Finalement, il sentit ses doigts se poser sur son bras. Des frissons parcoururent tout son corps. Était-ce dû à un sentiment de bien-être soudain ou était-ce simplement l'effet du contact de sa peau contre la sienne ? Il daigna enfin orienter ses pupilles dilatées vers elle. Elle était sale, Nana. Décoiffée, démaquillée, souillée. Contaminée par les germes de cet autre. Elle le dégoutait. Il posa ses mains sur le visage de la jeune femme, fronçant les sourcils de douleur. Il la caressa, puis se mit à rire nerveusement. "Qu'est-ce que je t'ai fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nana Levian
sassy queen
avatar

Messages : 57
Pseudo : MoGlobine.
Avatar : kendall j. (av. shiya)
Emménagement : 02/12/2016
Âge : dix-neuf ans.
Statut : sous l'emprise d'un italien.
Job : vend son corps contre quelques billets.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Sam 3 Déc 2016 - 0:15

fabio&nana
nana. gamine fragile devenue femme. bien trop vite, bien trop tôt. l'enfant qui se vend. pour le compte d'un tyran. elle, elle ne comprend pas. bien trop aveuglée. elle ne voit pas le mal en lui. bien trop éprise par l'homme devant elle. elle ne se rend pas compte, nana. qu'elle n'est qu'un objet. une marchandise. qu'il la vend. elle sait, bien sûr. qu'il touche bien plus que de raison pour les passes qu'elle effectue. elle sait, qu'il est maître de sa vie. qu'entre ses doigts, elle n'est qu'une poupée. mais, elle se rassure, nana. elle se dit qu'au moins, il est avec elle. elle n'est pas seule, nana. elle est avec lui. elle profite de ses caresses. la main de l'homme sur son visage. geste tendre. qu'est-ce que je t'ai fait ? elle arque un sourcil. étonnée. les deux amants dénudés. ou presque. elle entièrement. la gamine qui s'apprêtait à laver son corps souillé par la chaleur d'un autre. lui, en boxer. elle ne comprend pas, nana. gamine naïve. l'innocence qui se lit, encore, dans ses pupilles dilatés. elle sourit. passe une main sur la joue de l'homme. douce tendresse. j'pense que tu y es allé un peu fort sur la poudre cette fois. il dérive. pour elle. elle ne comprend pas le sens de sa question. nana protectrice. la gamine qui pourrait jouer le rôle d'une mère auprès des personnes aimées. viens par là. elle l'attire vers la douche. douche italienne où ils peuvent se hisser tout deux. la brune qui retire l'unique vêtement de fabio. les deux corps nus. l'eau qui se met à se rependre sur leur corps. ça va te faire du bien. la voix douce. la gamine qui se veut rassurante. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabio Bartolotti
dompteur de michto
avatar

Messages : 28
Pseudo : cake.
Avatar : nico tortorella, astronaut.
Emménagement : 02/12/2016
Statut : il rêve qu'elle lui appartienne exclusivement et continue de la louer.
Job : trafiquant d'armes, de drogues et maintenant d'êtres humains.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Sam 3 Déc 2016 - 21:22

Elle était inconsciente. Si naïve. Elle ne se rendait même pas compte du statut qu'elle avait. Celui de putain. Elle était seulement, là, pour les vider. Pour leur procurer ce sentiment de bien-être qu'elle ne recevait certainement pas en retour. Et, Fabio ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'elle ressentait quand ils la pénétraient. Certainement tout, sauf du plaisir. Elle n'avait même pas vingt ans, Nana, pourtant, elle en paraissait aisément cinq de plus. Usée. Traînée. Comment faisait-elle pour survivre ? Caressant son visage de son pouce, Fabio la scruta. Il était admiratif. Rempli de dégoût aussi. Elle le débectait, Nana, quand elle avait terminé de faire son travail. Pourtant, c'était lui qui l'envoyait chaque fois. Sans cesse. Avide de pouvoir et d'argent. Il était bien loin, le Fabio qui rêvait de repartir de zéro. De commencer une nouvelle vie, loin de ces trafics et de toutes ces choses malsaines. Tout n'était qu'utopie. Que connaissait-il, finalement, de la conformité ? Rien. Ce monde lui était étranger, inconnu. Il lui paraissait, anormalement, anormal. Nana ne sembla pas comprendre sa question, bien trop aveuglée par l'admiration qu'elle vouait à son bourreau. Alors qu'il ne cessait de se répéter, intérieurement, à quel point elle le dégoûtait, la jeune femme vint le réconforter. Ses caresses aggravèrent les sentiments de culpabilité de son tortionnaire. Il s'en voulait de lui faire subir ça. Elle, qui prenait tant soin de lui. La jeune femme refusait d'admettre ses torts. Comme une mère qui ne peut accepter les accusations contre son fils. Qui accuse cette société pourrie, unique responsable des maux de son enfant. Nana, en l'occurrence, rejeta la faute sur la coke. Elle l'invita à le suivre sous la douche. Et, il s'exécuta. Le regard vide, le corps presque inerte. Il était mou, Fabio. Elle s'était envolée, l'euphorie des premiers effets. Il sentit une main lui arracher le peu de tissu qu'il lui restait encore sur le corps. Puis, la voix de sa belle retentit sous cette pluie artificielle. Apaisante. Elle était aussi douce qu'une caresse sur sa peau. Il s'approcha, d'elle, totalement engourdi, pour la prendre dans ses bras. Son cœur battait soudainement moins fort. Elle avait réussi à l'adoucir par ce simple contact de son corps contre le sien. "Pourquoi tu t'enfuis pas, Nana ?", susurra-t-il dans son oreille. "Ce monde n'est pas pour toi." Pas pour les gens bien. Pas pour ceux qui sont dotés d'un cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nana Levian
sassy queen
avatar

Messages : 57
Pseudo : MoGlobine.
Avatar : kendall j. (av. shiya)
Emménagement : 02/12/2016
Âge : dix-neuf ans.
Statut : sous l'emprise d'un italien.
Job : vend son corps contre quelques billets.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Sam 3 Déc 2016 - 22:02

fabio&nana
c'est de l'innocence qui se lit dans ses pupilles dilatées. la gamine qui ne voit pas le mal. nul part. pas même lorsqu'elle écarte les cuisses. contrainte par le désir d'assouvir ses besoins. le besoin de drogue. le besoin d'être défoncée. constamment. parce qu'elle n'est jamais sobre, nana. toujours perchée. dans son monde. dans cette putain de bulle qui l'entoure. elle est seule, nana. elle l'a toujours été. malgré les levian qui l'entourent. malgré ses amis. malgré fabio. parce que, dans cette bulle, elle est une saloperie d'égoïste. la gamine qui ne voit que par intérêt. l'intérêt de s'offrir à des inconnus pour le compte d'un autre. seulement pour payer ses dettes. pour qu'il la fournisse. pour qu'il la garde auprès de lui. fabio. son fabio. celui dont elle voudrait qu'il soit sien. entièrement. sa peau qui se colle au corps encore chaud de nana. le contact qui fait frissonner. la gamine qui tombe trop vite amoureuse. éperdue d'un amour à sens unique. parce qu'elle doute, nana. elle doute qu'il puisse un jour la considérer comme une entité à part entière. parce qu'elle n'est rien, nana. mais elle se satisfait de ce qu'elle peut avoir. pourquoi tu t'enfuis pas, nana ? les mots qu'il murmure à son oreille. souffle brûlant sur la brune. ce monde n'est pas pour toi. elle plonge son regard dans le sien. jeune enfant qui ne comprend pas. nana, elle n'a pas de monde. nana, elle n'appartient à rien. sauf à fabio. je n'ai pas envie de m'enfuir. réalité oppressante. elle devrait, pourtant, partir. quitter cette relation malsaine. cette histoire qui ne la mènera pas loin. ou, peut-être au fond d'un gouffre. la gamine qui creuse sa tombe. chaque jour un peu plus. aucun monde n'est pour moi. qu'elle murmure. pourtant, elle s'y sent bien, dans ce monde. l'enfant qui aime souffrir. l'enfant qui préfère ça à être seule. qui préfère être la propriété de son tyran. le savon qu'elle saisit pour y déposer quelques gouttes au creux de sa main. ses mains qui se promènent ensuite sur le corps de l'homme. j'suis bien, dans ce monde. avec toi.

_________________
Serais-tu capable sept ans durant de t'offrir à quelqu'un sans réserve, de tout donner, sans retenue, sans appréhension, ni doute, sachant que cette personne que tu aimes plus que tout au monde oubliera presque tout ce que vous aurez vécu ensemble ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabio Bartolotti
dompteur de michto
avatar

Messages : 28
Pseudo : cake.
Avatar : nico tortorella, astronaut.
Emménagement : 02/12/2016
Statut : il rêve qu'elle lui appartienne exclusivement et continue de la louer.
Job : trafiquant d'armes, de drogues et maintenant d'êtres humains.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Sam 3 Déc 2016 - 23:07

Elle était un mystère, Nana. Incompréhensible. Ironiquement, impénétrable. Elle aurait pu s'offrir une vie meilleure. Décider de suivre des gens plus sains. Et, pourtant, elle était là. Brisée, vidée. Certainement lassée de cette vie qui n'en était pas tellement une. Elle lui ressemblait, quelque part. Le chaos, les neurones explosés. Toutes ces tragédies. Ils avaient vu le pire. Mais avaient-ils réellement vécu un jour ? Deux pauvres pions sur un immense jeu d'échecs, régit par la corruption. Voila ce qu'ils étaient. Deux êtres aveuglés par leur désir de s'enrichir. Prêts à tout pour quelques billets. Même au pire. Puis, vint le déclic. Son cœur près du sien, il se demanda ce qui la retenait encore, là. Elle n'appartenait pas à son monde. Elle était bien trop humaine pour tout ça. Son regard vint à la rencontre de celui du jeune homme. Il avait du mal à voir net, aveuglé par toutes ces merdes que son corps avait encore une fois absorbé. Elle ne voulait pas partir, convaincue qu'aucun monde n'était fait pour elle. Il sentit à peine ses mains parcourir son corps. Il se sentait profondément triste. Il était anéanti. Ce qu'il venait d'entendre le faisait se questionner sur sa propre appartenance à un quelconque monde. La tête en vrac, il se tint au mur. Son cœur se resserrait dans sa poitrine. Il tenta de reprendre ses esprits. En vain. Il se laissa glisser le long du mur avant de se recroqueviller sur lui même. Ses bras tenaient fermement ses genoux. Comme pour s'empêcher de voler, de se perdre dans les airs. Puis, il releva la tête vers elle, complètement déboussolé. Plein d'amertume. Ses traits se durcirent face à ce visage angélique qui le scrutait étrangement. "T'es sale, Nana." Il se mit à ricaner, toujours aussi nerveusement. "Regarde-toi, t'es complètement souillée." Ses propos se voulaient durs. Comme s'il cherchait, finalement, à l'éloigner par la violence de ses mots. Il fronça les sourcils, le regard plein de haine, les larmes aux yeux. "T'es qu'une catin qui se fait défoncer pour quelques pauvres billets." Et, c'était lui qui était à la tête de ce malheureux trafic. C'était sa pute. C'était ses clients. Et, c'était pour son intérêt. "Casse-toi." Il prit fermement sa tête dans ses mains, tremblotant, gémissant, hurlant: "CASSE TOI." Il suffoquait de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nana Levian
sassy queen
avatar

Messages : 57
Pseudo : MoGlobine.
Avatar : kendall j. (av. shiya)
Emménagement : 02/12/2016
Âge : dix-neuf ans.
Statut : sous l'emprise d'un italien.
Job : vend son corps contre quelques billets.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Dim 4 Déc 2016 - 0:05

fabio&nana
nana, elle est discrète. naïve. nana, elle dit oui à tout. pas contrariante pour un sous, la fille. alors, quand fabio lui a proposé de se prostituer pour pouvoir se payer sa came, elle a dit oui. parce que, nana, elle ne dit jamais non. et, de toute façon, elle est prête à tout. vendre son corps pour quelques grammes de poudre. pourquoi pas. du moment que son corps se meurt à petit feu. nana, elle est comblée. nana, elle n'en demande pas plus. jamais. pis, nana, elle passe ses mains sur fabio. l'homme dénué de toute raison. elle le voit, dans ses yeux, qu'il n'est pas dans son état normal. elle le laisse s'échapper de son étreinte. prince qui se retire. contact brisé. ses yeux qui suivent le corps de fabio. t'es sale, nana. oui. oui, elle est sale nana. elle le sait. elle n'a pas besoin de fabio pour qu'elle comprenne. alors, elle recule d'un pas. le regard perdu. mais toujours suspendu aux lèvres de l'homme. regarde-toi, t'es complètement souillée. elle recule d'un pas. sa peau qui entre en contact avec le paroi glacée de la douche. t'es qu'une catin qui se fait défoncer pour quelques pauvres billets. elle fronce les sourcils. incompréhensible discours de son tyran. Casse-toi. CASSE TOI. le regard perdu. le coeur qui se déchire. alors, c'est ainsi qu'il la voit. ainsi qu'il la considère. elle qui espérait plus. au plus profond d'elle-même. parce que, même si nana se répète inlassablement qu'elle n'est rien à ses yeux, elle espère, la gamine. elle rêve d'un témoignage d'affection. d'un quelconque regard affective. alors, nana, elle s'abaisse. prenant entre ses doigts la tête de fabio. forçant son regard à croiser le sien. moi, j'me sens pas sale. mensonge. la gamine qui se veut forte. le ton de sa voix reste doux. malgré le poignard planté dans son corps. connard. et puis, tu ne me trouves pas si souillée quand tu me baises après eux. la voix qui, à présent, se fait plus dure. triste vérité qu'elle révèle. la gamine qui n'a pas envie de se laisser faire. pas cette fois. c'est toi, fabio, qui a les mains criblées de merde. alors, nana, elle se relève. rompant le contact devenu froid. elle quitte la douche. toujours souillée. toujours sale. un peignoir qu'elle passe sur elle. couvrant son corps. franchement, t'es qu'un con. mais, qu'est-ce qu'elle l'aime ce con. vêtements échoués au sol qu'elle récupère. la brune qui rejoint la chambre. s'habillant. encore humide de ce moment intime passé. les habits qui retrouvent son corps. le brune qui prend la fuite. couloir de l'hôtel qui défile entre ses yeux. yeux brumeux. larmes qu'elle contient. elle ne sait pas où elle va, nana.

_________________
Serais-tu capable sept ans durant de t'offrir à quelqu'un sans réserve, de tout donner, sans retenue, sans appréhension, ni doute, sachant que cette personne que tu aimes plus que tout au monde oubliera presque tout ce que vous aurez vécu ensemble ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabio Bartolotti
dompteur de michto
avatar

Messages : 28
Pseudo : cake.
Avatar : nico tortorella, astronaut.
Emménagement : 02/12/2016
Statut : il rêve qu'elle lui appartienne exclusivement et continue de la louer.
Job : trafiquant d'armes, de drogues et maintenant d'êtres humains.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Dim 4 Déc 2016 - 1:09

Elle lui faisait tourner la tête, Nana. Elle faisait palpiter son pauvre cœur meurtri. Elle était sienne. Pourtant, il s'était interdit de l'aimer. De la laisser entrer dans sa vie. Certainement, effrayé par l'idée qu'elle puisse, un jour, l'abandonner, elle aussi. Il la prêtait à contrecœur, Nana. Et, il exécrait tous ceux qui payaient pour l'avoir. Elle était bien plus que la catin qui se faisait sauter pour quelques billets de banque. Bien mieux que la putain qui acceptait de se rabaisser pour quelques grammes de poudre blanche. Réduite à rien. Elle n'était rien, Nana. Un jouet qu'on s'amusait à caresser, déshabiller. Puis, à baiser. Cette Nana-là, Fabio la haïssait. Elle était sale. Elle était laide. Elle lui rappelait à quel point il était mauvais. Elle n'avait rien à voir avec celle qu'il allait rejoindre, le soir, avant de dormir. Celle qu'il aimait prendre dans ses bras, recouvrir de baisers. Celle qui prenait soin de lui, qui savait le rassurer et l'apaiser. Celle-là, de Nana, elle le hantait jour et nuit. Elle était le plus beau des soleils que la Terre n'avait jamais connu. Elle rayonnait par sa douceur et sa bonté. Elle était presque chaste, cette Nana-ci. Tourmenté, presque possédé, il l'affubla des pires insultes possibles et imaginables. Sale. Souillée. Catin. Des mots qu'il avait sur le cœur depuis trop longtemps. Peut-être, inconsciemment, l'espoir de la sauver. Il ne savait pas. Il ne savait plus. Alors, quand elle se baissa pour le confronter, il tenta de fuir son regard. Il avait honte de croiser ses beaux yeux. D'autant plus quand elle lui rappela qu'il passait derrière tous ces hommes. Quand elle lui remémora à quel point ses mains étaient sales. Criblées de merde. Il la regarda partir, impassible. Ses jambes s'étendirent, il voulait se laisser mourir. Il était vide, Fabio. C'était le néant dans sa tête. Puis, soudain, il prit conscience des mots de la jeune femme à son égard. Pourtant, bien moins graves que les propos qu'il avait tenu à son encontre. Il s'accrocha à la paroi de la douche et, le corps dégoulinant d'eau, quitta la salle de bains. Il parcourut la chambre avant de se retrouver dans les couloirs de l'hôtel, nu comme un ver. Il titubait, se rattrapait au mur. Elle était, là, juste devant lui, qui s'enfuyait en furie. Alors, il s'arrêta net et se pencha en avant. Dépité. Lassé de courir. Essouflé. "J'T'AI TOUT DONNÉ SALE PUTE." Son corps tremblait de douleur. Il faisait froid dans ces couloirs qui lui paraissaient maintenant si sombres. "ET C'EST COMME CA QU'TU M'REMERCIES ?" Il hurlait, rongé par la haine, l'impression d'avoir été trahi. Il se redressa, avant de se remettre à rire. "Le con. LE CON." Il se sentait bête. Stupide. Comme s'il avait sacrifié sa vie pour elle et qu'elle le laissait, maintenant, seul, face à lui-même. N'était-ce pourtant pas ce qu'il lui avait conseillé de faire ? Fuir. "J'SUIS QUOI, MOI, SANS TOI ?", dit-il en prenant un air plus grave, plus du tout amusé par la situation. "J'SUIS RIEN SANS TOI." Le simple fait de l'imaginer loin de lui lui filait la gerbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nana Levian
sassy queen
avatar

Messages : 57
Pseudo : MoGlobine.
Avatar : kendall j. (av. shiya)
Emménagement : 02/12/2016
Âge : dix-neuf ans.
Statut : sous l'emprise d'un italien.
Job : vend son corps contre quelques billets.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Dim 4 Déc 2016 - 1:41

fabio&nana
nana, elle s'en va. gamine qui écoute son bourreau. elle lâche des mots qu'elle regrettera peut-être. parce qu'ils sont aussi sales qu'elle. mais, elle a le coeur qui s'est brisé, nana. parce que la réalité lui est tombée dessus. les mots prononcés par fabio qui résonnent dans son encéphale. la catin. la putain du bartolotti. parce qu'elle est sienne. entièrement. et que, fabio, il n'est pas seulement son mac. à ses yeux, ceux de nana, il est bien plus. l'homme qu'elle aime. l'homme qu'elle désire. parce qu'elle en rêve, nana, à chaque fois qu'un inconnu pénètre dans son intimité. elle rêve d'être la seule et l'unique à ses yeux. qu'il arrête de la vendre. qu'elle soit sa propriété. quitte à répondre au moindre de ses désirs. qu'elle soit prête à assouvir toutes ses envies. peu importe quand. peu importe comment. soumise par les sentiments qu'elle éprouve à son égard. nana, elle quitte la chambre. décidée à partir de l'hôtel. peut-être appeler victoria à l'aide. ou l'un de ses aînés. peu importe. elle n'expliquera pas le pourquoi du comment. parce que, personne sait, que nana est une catin. mais, ils ne chercheront pas à savoir. alors, elle sort déjà son téléphone. prête à trouver un contact qui serait capable de venir la chercher jusqu'ici. perdue dans une ville qu'elle ne connait pas. perdue avec cette conscience qui lui hurle au visage. t'es qu'une conne, nana. tu vaux pas mieux que lui. t'es une ratée. t'es rien. la vision troublée par les larmes. perturbée. J'T'AI TOUT DONNÉ SALE PUTE. la voix de fabio qui résonne dans le couloir. nana qui s'apprêtait à descendre les escaliers. elle s'arrête, la gamine. se retourne même. découvrant un tyran toujours nu. situation qui aurait pu paraître amusante. ET C'EST COMME CA QU'TU M'REMERCIES ? Le con. LE CON. J'SUIS QUOI, MOI, SANS TOI ? J'SUIS RIEN SANS TOI. les yeux écarquillés. la surprise du tortionnaire qui rattrape la catin. elle devrait fuir, nana. elle le sait. quitter cet hôtel. quitter fabio. se libérer de cette emprise malsaine qu'il exerce sur elle. pourtant, elle reste là, nana. planter sur ses deux jambes. les racines qui sont encrées. le couloir désert. il est tard. heureusement. nana, elle avance. pas lents qui se dirigent vers fabio. l'hésitation sur ses lèvres. scène digne d'une drama série espagnole. tu crois que moi j'suis quoi sans toi ? qu'elle soupire alors qu'elle rejoint enfin son fabio. les mots qui sortent enfin. confidences qui ne devraient pas être. parce que, nana, elle s'était promis de ne jamais lui dire. jamais avouer qu'elle aime qu'il soit ainsi envers elle. l'emprise qui la tient. l'homme dur, l'homme sauvage qu'il est. tel un lion qu'elle aimerait dompter. nana, elle vient poser ses mains sur les joues de fabio. joues encore trempées. à cause de la course poursuite, ou de la douche. nana, elle se hisse sur la pointe des pieds. logeant sa tête dans le creux du cou de fabio. j'suis rien sans toi, fabio. juste l'ombre de moi-même. qu'elle murmure. elle veut qu'on la pince, nana. qu'on tente n'importe quoi pour la réveiller. pour qu'elle revienne à une déchirante réalité. parce qu'elle n'ose y croire, nana. qu'en réalité, fabio a besoin d'elle. et pas seulement sur le plan financier. le bruit de l'ascenseur qui résonne dans le couloir. nana qui s'éloigne. viens. elle prend la main de fabio. hâtant son pas. elle n'a pas envie, nana, qu'ils se fassent remarquer. que d'autres clients puissent voir la scène. une scène de réconciliation, peut-être. alors, ils regagnent la chambre. la porte qu'elle verrouille derrière eux. puis, le silence. gênant vide. parce que, nana, elle ne sait pas quoi à ajouter. elle ne sait plus quoi penser. j'vais prendre cette douche. elle fuit le regard de fabio. se dirigeant une nouvelle fois vers la salle d'eau. se déshabillant, encore une fois. gestes répétés. l'eau qui coule à nouveau sur son corps.

_________________
Serais-tu capable sept ans durant de t'offrir à quelqu'un sans réserve, de tout donner, sans retenue, sans appréhension, ni doute, sachant que cette personne que tu aimes plus que tout au monde oubliera presque tout ce que vous aurez vécu ensemble ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabio Bartolotti
dompteur de michto
avatar

Messages : 28
Pseudo : cake.
Avatar : nico tortorella, astronaut.
Emménagement : 02/12/2016
Statut : il rêve qu'elle lui appartienne exclusivement et continue de la louer.
Job : trafiquant d'armes, de drogues et maintenant d'êtres humains.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Dim 4 Déc 2016 - 20:14

Il avait réussi à la retenir. Mais, il ne le constata qu'au moment où il redressa la tête. Après les hurlements, place au silence. Glacial, oppressant. Alors quoi ? C'était tout ? C'était ça, le dénouement de leur histoire ? Il sentait la tension monter en lui. Puis, enfin, la délivrance. La jeune femme qui revenait sur ses pas. Le soulagement quand elle lui avoua qu'elle n'était rien, elle non plus, sans lui. Il se surprit même à sourire. Rassuré, l'homme dominateur. Apaisé, le garçon manipulateur. Il n'allait pas devoir faire ses adieux à sa proie. Les mains glacées de la jeune femme vinrent caresser sa peau, tandis que sa tête trouvait refuge dans le creux de son cou. Les mots doux qu'elle lui susurra à l'oreille le firent frémir. De joie, de douleur. D'incompréhension. Elle n'était rien. Juste son ombre. Un aveu effrayant. Effroyable. Il lui donnait la chair de poule. Qu'avait-il fait de cette fille ? Il resta figé, inconscient. Réalisait-il vraiment l'ampleur de ses mots ? Certainement pas. Il se réveillerait probablement le cœur lourd de regrets, le lendemain matin. Mais, pour l'instant, il se contenta de saisir sa main et de la suivre dans leur chambre d'hôtel. Finalement, c'était peut-être elle, son repère. Le silence s'installa à nouveau, alors qu'elle refermait la porte derrière lui. Étrangement, il ne le dérangeait pas. La simple présence de la jeune femme suffisait à le rassurer. Il n'était pas seul. Et, elle ne l'avait pas abandonné. Pourtant, elle quittait la salle et il se retrouvait délaissé. Frissonnant, il se décida finalement à la rejoindre. Prêt à laver ses péchés, lui aussi. À se défaire de ses impuretés. Il s'immisça sous la douche et alors que le regard de la jeune femme croisait le sien, il s'approcha de ses lèvres. Il attrapa fermement le poignet de sa belle. "Tu m'pardonneras, un jour ?" D'avoir fait d'elle une putain. D'avoir profité de sa fragilité. Lui pardonnerait-elle, un jour, d'avoir détruit son corps, vidé son âme ? Il ne lui laissait pas tellement le choix. La violence de son geste en disait long sur la réponse qu'il attendait de sa part. Il l'aimait, Nana, mais elle ne devait jamais oublier qu'il était, avant tout, son bourreau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nana Levian
sassy queen
avatar

Messages : 57
Pseudo : MoGlobine.
Avatar : kendall j. (av. shiya)
Emménagement : 02/12/2016
Âge : dix-neuf ans.
Statut : sous l'emprise d'un italien.
Job : vend son corps contre quelques billets.

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité:

MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   Dim 4 Déc 2016 - 20:46

fabio&nana
les mots susurrés. confidence avouée. nana, elle n'est rien sans fabio. âme vagabonde. vie vide sans lui. amoureuse d'un être qui se voudrait détestable. et pourtant, elle tient à lui. bien plus que de raison. fabio, il hante nana. depuis qu'elle l'a vu, pour la première fois. depuis que ses yeux ont rencontré les siens lors de cette soirée. jett était là. jett qui a poussé sa soeur dans la gueule du prédateur. sans le vouloir, sans y penser. sans même imaginer que nana puisse accepter cette nouvelle vie. une vie de poupée. marionnette tenue par fabio. la brune qui se dirige à nouveau vers la douche. corps tendu. coeur gêné. elle sait, nana. que demain, tout sera comme avant. que la possessivité des deux êtres sera oubliée. que fabio ira en voir une autre. qu'elle, elle sera louée à un autre. plus vieux, sûrement. plus sale. différent de son bourreau. nana, elle entend les pas du tyran la rejoindre. nana, offusquée par la violence de fabio lorsque sa peau rentre en contact avec la sienne. tu m'pardonneras, un jour ? nana qui hésite. nana qui choisit ses mots. elle pose sa main libre sur celle qui l'emprisonne. caresse de son pouce l'emprise qu'il exerce sur elle. nana, calme. la gamine qui ne crie jamais. jamais devant les autres. jamais par colère. nana, c'est seulement son coeur qui hurle. son corps qui se fait soupire. je n'ai rien à te pardonner. nana innocente. l'enfant qui ne voit pas le mal. l'enfant qui ne comprend pas. parce que, pour elle, elle a fait ce choix. pour elle, fabio lui a seulement suggérer de devenir sienne. parce qu'elle aurait pu se barrer, nana. si seulement elle en avait eu envie. dès ce premier soir, elle aurait pu fuir. mais elle est bien, là, nana. dans ce cercle sombre. dans la pénombre de ses bras. lèvres proches. nana qui plonge son regard dans celui de fabio. elle n'a pas mal, nana. la pression qu'il exerce sur son poignet. elle ne ressent rien. lèvre inférieure qu'elle mord. elle ose, nana. s'approcher un peu plus de fabio. poser ses lèvres contre celles du bourreau. il ne lui a pourtant pas donné l'autorisation, fabio. mais, elle s'en fiche. parce que, nana, elle a seulement besoin de sa présence. besoin de sentir qu'elle est sienne. passage qu'elle force. langue qui vient caresser ses lèvres. baiser qui ce veut fougueux.

_________________
Serais-tu capable sept ans durant de t'offrir à quelqu'un sans réserve, de tout donner, sans retenue, sans appréhension, ni doute, sachant que cette personne que tu aimes plus que tout au monde oubliera presque tout ce que vous aurez vécu ensemble ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
w/fabio | coeur contre coeur, le coeur bat plus vite. comme sous l’emprise de la peur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Française, quelle variante avec les noirs pour être réellement actif ?
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» Sora, ou l'élu au coeur pur
» Votre anime coup de coeur du moment !
» Mes films coup de coeur et à voir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lemonade and cowboy boots. :: ELSEWHERE :: beyond the lights-
Sauter vers: