AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 aurora • t-ji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tiago Lauria
COLOR GITANO
avatar

Messages : 294
Pseudo : anarchy. céci
Avatar : bb barrueco, anaëlle
Emménagement : 25/11/2016
Statut : 404 error
Job : fils de

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité: open

MessageSujet: aurora • t-ji   Jeu 1 Déc 2016 - 21:23

aurora

il y avait eu cette révélation écrasante, laissée en suspend dans l’air de ce bureau crasseux. les jugements silencieux, confessés au fond des yeux. il y avait eu cette absence cruelle de compréhension. ces propositions naïves de trouver une solution. il y avait eu cette fuite intentionnelle. ce brusque retour à la vie réelle. d’un battement de paupière, tout s’était écroulé. en un soupire, tout disparaissait. cette vie rêvée, ces projets sur le point d’être réalisés. soudainement, tout s’envolait. tout ce qui demeurait, c’était ce sentiment indiscutable d’avoir tout échoué. d’avoir tout raté. six années d’études qui s’imposèrent comme un caprice égoïste. caprice exigé mais, malheureusement achevé. trois années, embourbé dans une relation hasardeuse, entre passion et déraison. et, ce n'était plus que ça. des années écoulées les une après les autres, sans avoir servi, sans avoir rien construit. ce n'était que ça, des illusions malheureuses pour un espoir un peu trop grand. parce qu'il y avait cru, tiago. il avait cru pouvoir dépasser le monde, et à vouloir voler trop haut, il s'était brûlé. icare des temps modernes, un peu trop ambitieux, surtout beaucoup trop con. à ce point con, qu’il n’avait plus qu’un océan de honte et de regrets dans lequel se noyer. parce qu’ici, là où il avait cru pouvoir recommencer sa vie, il ne trouverait plus rien. des semblants d’amis qui finiraient d’avancer sans lui. un semblant d’amour, qui finirait de le consumer, comme s’il ne s’était pas déjà assez damné. des semblants de tout, des semblants de rien. pourtant, il avait tout tiago. il avait tout il n’y a pas encore si longtemps. dans les éclats de rires de ses paires, dans les prunelles rêveuses de sa belle, dans l’amour infiniment grand de ses soeurs. il avait tout eu avant de ne l’avoir perdu ici. dans le dédale tristement gris des grandes villes où les rêves finissent par se ternir. il avait tout eu. tellement tout eu, qu’il avait fini par avoir la prétention d’en exiger plus, au risque de tout sacrifier. au risque de tout perdre. ces petits débris de vie qu’il avait pensé retrouver en repartant. en s’échappant. au crépuscule de la nuit, sans adieux, sans au revoir, sans murmures désolés pour tenter de se justifier. parce qu’il en avait pas la force. parce qu’il en avait pas l’envie. l’amertume en seul bagage pour cette longue route filant ver le néant. vers le passé. ce chemin hasardeux où malgré tout ce qu’il avait imaginé, il n’avait aucune idée de ce qu’il y trouverait. ce ruban de bitume le long duquel il avait eu le temps de voir défiler le film de sa triste vie. scénario maladroit, usé, brisé, partiellement oublié. tiago confus. tiago perdu. l’asphalte s’étendait à perte de vue derrière le pare-brise, comme s’il n’avait trouvé aucun horizon où mourir. son sillon semblait tracer l’infini à mesure que l’astre s’élevait dans le ciel. les kilomètres déjà engloutis paraissaient soudainement dérisoire dans cette course folle vers la liberté. les heures écoulées, paraissaient suspendu dans la fureur de cette transe qui l’anesthésiait. entre conscience et inconscience. entre volonté et renoncement. entre peur et soulagement. tiago troublé. tiago lassé. même l’esquisse illusoire de la fin de cette autoroute ne parvint pas à taire les râles agonisants de ses ressentiments déphasés. il avait l’envie mais, la crainte aussi. pour cet échec qu’il ne saurait assumer. pour ces regards rieurs qu’il avait délaissés. pour ces promesses qu’il avait oubliées. pour tout ce qu’il avait mal fait. pour tout ce qu’il avait gâché. hazel springs, la magnifique. la paisible. tombeau de ces milliers de souvenirs que même le temps n'était pas parvenu à balayer. un par-coeur apaisant autant que troublant. en six ans, elle n'avait presque pas bougée. comme figée dans cet éternel qui, jamais, ne la troublerait. là, sous ses yeux, elle se redécouvrait. là, en ce début d’après-midi tranquille, le fils prodige réapparaissait. après tout ce temps, tiago était enfin rentré. la honte pour lui courber le dos. la fatigue en bourreau. la peur au ventre à l’idée d’avoir à affronter ceux qu’il avait abandonné. une telle angoisse grandissante qu’il s’octroyait le droit de repousser l’inévitable, préférant trouver son courage dans le fond d’une pinte d’or liquide que dans le regard incompréhensif de ses soeurs, de sa mère, de son père. là, où il était si souvent venu se perdre il y a longtemps. trop longtemps pour en reconnaitre les échos des rires gras qui l’assaillaient une fois la porte poussée. trop longtemps pour avoir la prétention de se faire remarquer. trop longtemps pour y trouver un visage familier à saluer. ombre silencieuse, presque invisible qui filait jusqu’au comptoir sans la conviction qui lui manquait. « une bière s’il te plait » soupire blasé, lancé à la volée. un billet soigneusement déposé, pour confirmé ce qu’il avait demandé. il se risqua à croisé son regard, juste comme ça pour voir. pour savoir qu’elle fille assez inconsciente avait pu se perdre ici, au fond de se bar. un regard, c’est tout ce qu’il eu fallut pour que le peu de constance qu’il lui restait, se barre. - jill - exclamation étranglée dans sa surprise. ça ne pouvait pas. ça ne l’était pas. il ne le voulait pas.

_________________
it's hurt
i can't explain & i won't even try
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jill Harper
des chaînes à nos coeurs
avatar

Messages : 63
Pseudo : Pouley + Gwendolineuh
Avatar : Scarlett Simoneit (anarchy - bb titi ♥)
Emménagement : 25/11/2016
Statut : brisée, volage
Job : barmaid au blue lagoon

@ADDRESS BOOK
Relations:
Disponibilité: Open

MessageSujet: Re: aurora • t-ji   Lun 5 Déc 2016 - 0:15

aurora

the silence is a break time before the reunions of the passionate beings.
L'aube s'est levé sans l'ombre d'une nuance, sans une différence qui aurait chamboulé le reste de la journée. La routine s'était instalée malgré elle, sans qu'elle ne puisse trouver une issue convenable. Alors, elle avait laissé les choses se faire, l'avenir se traçait, dépourvue d'une bavure de crayon qui aurait pu tout changer. Jill, elle est partie sur le chemin habituel de son existence banale. Quotidien trop familier, qui manque parfois d'adrénaline, d'aventures un peu plus folles vers l'inconnu. Son odyssée, à elle, ce sont les verres remplis d'acidité à ras bord, les alcooliques aux odeurs méconnaissables, les jeunes aux envies d'adultes, plus très ludices dès leur première bière. Les visages qui se ressemblent, se reconnaissent, depuis si longtemps, trop longtemps. Qui passent et repassent, sans qu'ils n'aient changé non plus de leur côté. Destinée prédite pour certains, qui ne voyaient pas plus loin que la pancarte d'Hazel Springs. Destinée tragique pour d'autres, qui imaginaient un avenir un peu plus spectaculaire. Jill en faisait partie, de ces rêveurs invétérés, prêts à tout pour explorer la moindre perspective enrichissante. Il n'y a plus que la vieille ville de son enfance pourtant, à laquelle elle est désespéremment enchaînée jusqu'au bout. Elle est heureuse, comme ça, avec ses amis d'enfance, sa famille qu'elle adore. Le goût de l'évasion, il est pourtant bien trop fort, bien trop présent pour qu'elle l'oublie. Il manque quelque chose pourtant pour que le plan puisse marcher, il ne manque que quelqu'un pour que tout soit parfait. Il a préféré partir, sans elle à ses côtés. Il a préféré laisser celle qu'il disait aimer. Il a préféré balayer les rêves de l'adolescente trop ambitieuse, trop accrochée à lui. Trop brisée maintenant, pour retenter l'expérience de cette dépendance si dévastatrice. Elle vit simplement, trop simplement, tentant d'oublier les rêves du passé, trop idots sans doute. Les cafés brûlants du matin ont laissé place aux liqueurs amères en cette journée déjà bien entamée. Même si pour certains, c'est toujours l'heure de boire. Jill, elle fait son boulot correctement, elle a les sourires sincères et les plus forcées, les discussions étranges et les plus amusantes. C'est comme ça, depuis longtemps, son quotidien. Et ça le sera encore pour longtemps. Il n'y a rien qui laisse à penser qu'un vent nouveau s'abat en ce moment-même sur la petite ville du sud. Il n'y a rien qui met le doute dans la tête de la jeune barmaid alors qu'elle s'occupe des clients derrière le comptoir. Tout était on ne peut plus normal, jusqu'à l'ouverture de la porte où la bourrasque s'est affalée jusqu'à elle. "Une bière s'il te plaît." Elle lève simplement le regard, la demoiselle, vers le nouveau venu. Elle reconnait curieusement cette voix familère, trop pour n'être que celle d'un habitué du bar. Elle ose affronter sans le savoir la seconde d'avant, celui qu'elle ne pensait jamais revoir ici, du moins pas en face d'elle, de manière si abrupt, si intentionnelle. Les regards se croisent soudainement, trop brutalement. Le visage figé par la surprise, il y a un arrêt net sur le sien, tout autant abasourdi. Son prénom s'innitie entre leur réaction éhabie, soufflé d'un air confus. Jill. Elle ne l'avait pas entendu depuis leur séparation fulgurante où tout avait basculé. "Tiago ?" Elle est à bout de souffle Jill, le coeur qui s'emballe trop violemment. Elle n'aurait jamais pensé, jamais espéré, que celui qu'elle a aimé se retrouve ici. Elle l'a peut-être fantasmé, elle l'a sans doute rêvé, de ces retrouvailles où tout s'arrangerait. Six années ont passé, les espoirs s'étaient pourtant envolés. "Qu'est... qu'est-ce que tu fais là ?" Il y aurait mieux à dire dans ce genre de situation, il y aurait mieux à demander devant celui qu'elle aime autant qu'elle déteste. Cette question, elle ne se pose pas à ce moment-là. Il y a juste cette étonnement aussi plaisant qu'attristant. Celui qu'elle attendait, celui qu'elle a peur de retrouver.


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t10-stay-wake-away http://lemonadecowboyboots.forumactif.com/t74-sweet-warrior
 
aurora • t-ji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monde sims : Aurora Skies
» Janvier 2013 : Pullip Aurora Steampunk Eclipse
» Discussion et images sur Aurora
» 1979 Aurora F1 British Championship
» Présentation d'Aurora Sky :3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lemonade and cowboy boots. :: HAZEL SPRINGS :: old town triangle-
Sauter vers: